Le Mas

histoire

Un projet plein d'illusions qui se reflète dans chaque détail du restaurant

Mas Pou est l’emplacement choisi pour le restaurant La Pahissa del Mas … et est l’ancienne maison familiale. Une belle maison de 1352 appartenant à la famille Pericay depuis 7 générations et qui a servi de nid pour donner vie à ce nouveau projet culinaire et familial.

Chaque coin du restaurant a été rénové et décoré avec amour et dévouement, où l’on peut respirer l’âme de ses anciens propriétaires, Josep et Tresita.

Sa petite-fille, Rosa Maria Pericay, avec l’aide de ses parents José Pericay et Rosa Maria Fàbregas, a voulu laisser une trace de leur héritage afin qu’ils puissent les accompagner à tout moment sur ce chemin plein d’émotions et d’illusions qu’elle a commencé avec son mari, le chef Jordi Vallespí.

Magazine du Baix Empordà / page 55

EL MAS POU I EL MOLINET

NARCÍS SUBIRANA (MEMBRE DU CERCLE DE L’HISTOIRE CATALANE)

Mas Pou1 est une ferme située au nord de la région de Pals, entre Can Caramany del Mas Nou, Mas Roig et Mas Barceló ; d’après les anciens documents consultés, elle est connue depuis plus de 665 ans.
Nous avons plusieurs fermes qui portent le nom de Pou : Can Pou « de ses Garites », Can Pou « de l’Espardenya », Can Pou « Marons » et Mas Pou. Trois des quatre mas « Pou » ont un nom, et c’est pourquoi les propriétaires des mas portant un nom vont y vivre à des dates plus récentes que les propriétaires des mas « Pou ».
Nous visiterons Mas Pou et Molinet ainsi que toutes les fermes qui s’y trouvent (les mêmes que celles des anciennes fermes qui s’y trouvent depuis des centaines d’années), et nous apprendrons à connaître certains de leurs secrets et leurs propriétaires, qu’il s’agisse d’agriculteurs ou de paysans2.
Les pierres des murs du Mas Pou sont un témoignage du passé des exerçants, des bandits, des moulinets et des paysans. Les terrains de Mas Pou touchent l’ancienne route qui va de Barcelone à la France en passant par la côte (vers Palamós, Pals et Torroella de Montgrí), et c’est juste après Mas Roig qu’a été construite la route qui va vers l’intérieur des terres jusqu’à Sant Feliu de Boada, la route de La Bisbal. La route passait par le Mas Pou et le Mas Nou ou Caner, et passait par les rivières Quermany, la petite et la grande. C’est juste à l’angle de ces anciens chemins que se trouvent les terres et le mas Pou. À droite, les terrains du mas Pou et à gauche, les terrains et le bâtiment Molinet.
Dans un chapitre3 documenté en 1352, il y a un Talent plus ancien (qui avait un morceau de terre appelé le camp de Roquinyola), mais à cette époque il y avait un Pou plus ancien. Dans la documentation de 1489 consultée, il y a encore le Talent le plus anonyme, mais à cette époque il y avait aussi un Mas Pou anonyme et il appartenait à Pere Pou et Antoni Pou « de Galell ». Plus précisément, le nom de Mas Pou se trouve dans les graphiques suivants : Talent, Talens et Taleny.

Le propriétaire de Mas Pou, comme la majorité des Masos i Masies de Pals, a été pendant de nombreux siècles le Comte de Barcelone, puis la Rei d’Espanya (ou Roi d’Espagne). Les procureurs royaux4 étaient chargés de conclure les accords. Par le biais du bataillon de sacs5, ils collectaient le grain et contrôlaient les autres tâches que le fermier devait effectuer pour vivre dans la ferme et installer ses camps. Normalement, la location du couple le plus passif aux enfants, et donc, il est nécessaire de faire une pause. Et c’est précisément grâce à ces documents que nous pouvons savoir qui sont les hôtes de ces fermes depuis des centaines d’années.

 

EL MAS LLENAS

En 1352, le plus célèbre « el Trull » était le propriétaire d’Arnaldus de Trulio et se trouvait dans la région appelée « Orts Veylls ». En 1489, la ferme Trull possédait un moulin nommé « Molí d’en Trull » qui était situé dans la zone appelée « la Galell ». Le « Molí d’en Trull » (ancien moulin à farine qui appartenait à un certain Ros au XVIe siècle) faisait partie du Mas Riu en 1672, et à cette époque, le moulin et le Mas Ros se trouvaient au même endroit. Au XVIe siècle, la maison de Na Rossa del Riu était face au moulin d’en Trull et à la maison de Bofill ou Miquelet (Can Xalet), la maison d’Abril de la Pedrera, la maison de Xifre (Can Prim) et la maison de Pou. En mars 1571, Miquel Ros, de Mas (Ros del) Riu, meurt. L’année suivante, son beignet, qui était de Magdalena, également de mas (Ros del) Riu, est mort. Le 23 mars 1631, Catalina Just, la dona de Matias Just, meurt au Mas (Ros) Riu. Le 27 janvier 1659, la dona de Mas Riu de Sebastià Huguet meurt. Le 24 janvier 1660, Jeroni Prats, qui vivait à Mas Riu, meurt.

EL MAS RIU I EL MAS I “MOLÍ” D’EN TRULL

L’ancien mas Riu était situé sur un terrain de 49 pentes, entre lesquelles on trouve Can Caramany del mas Nou (actuellement le restaurant Sol Blanc) et Can Mitjaire (actuellement relié à Can Safont), toutes deux en pente. À la fin du XIXe siècle, lorsque le Comte de Foixà appartenait à Joan Illa i Caner, commerçant et Jurat de Pals, les terres de la ferme étaient divisées en campings de 2 à 10 pentes et vendues à différents propriétaires de la ville, comme la famille Safont ou la famille Isern, entre autres.
Le 15 mars 1886, Joaquim Isern Gussó, le ferronnier de Pals, et Miquel Jordà Galí, un agriculteur, signent le contrat d’achat d’un campement avec 8 pentes (équivalant à 174 zones et 96 centimètres) de terre à cultiver, qui sont séparées de cette zone de terre, anomenat camp Rius, avec 49 pentes (équivalent à 8 hectares, 74 arees, 97 centiares), plus ou moins. Il est bordé à l’est par Francisco Rovira, au centre par le même domaine et à l’ouest par N. Massot de Juià, propriétaire du Mas Terrerol de la Pedrera, en partie par la voie publique et en partie par le reste du domaine.

Le domaine de l’ancien Mas Riu était la dixième partie du célèbre domaine de Torre Canera, situé dans la ville de Pals. En plus des contributions de l’État, de la province et de la municipalité, la propriété a été spécialement hypothéquée avec le montant total de l’héritage pour 16 000 pesetas (à un taux d’intérêt de 6 %) en faveur de Miquel Martinell i Soler, propriétaire de La Bisbal, qui l’assurera et promettra d’annuler l’hypothèque le 30 mars, le jour de son expiration. Le prix de vente des 8 pistes sera de 700 lliures catalanes (environ 2 000 pesetas), qui peuvent être payées avec de l’or et de l’argent.

L’héritage susmentionné de la Torre Canera, qui constituait la dixième partie du domaine à venir, appartenait au IIe Comte de Foixà (Enric de Foixà i de Bassols). Le domaine avait été transmis par un accord écrit avec sa défunte épouse, Carme Bassols, devant le notaire de la ville de Barcelone le 2 juillet 1876, dans lequel son père, Narcis de Foixà i de Miquel, avait été hérité.

LA FAMILIA PARRA Y EL MAS POU

L’any 1672 en la documentació s’esmenta que el mas Pou7 (antigament anomenat Talent, Talens o Taleny) era de Salvador Parri. El mas tenia construïda una torre rodona per refugi i defensa. Si el mas tenia aquelles defenses era perquè el senyor del lloc tenia una relació estreta amb la Corona, fet pel qual es donà permís per fer aquelles construccions defensives. Aquest era el cas de Salvador Parri, que durant molts anys va ser notari de la Cort Reial de Pals.

EL MAS NUEVO DEL LAGO

illem Moret, de mas Nou. Le 28 mars 1598, Isabel Sardó meurt, hévéa de la maison de en Sardó et en Moret du mas Nou. Le 12 septembre 1629, Montserrat Guàrdia, dame de Damià Guardias, meurt dans le jover du mas Nou. Le 15 juin 1637, Guerau Caner, membre de la famille Mas Nou, meurt. Le 5 janvier 1643, Marsal Carreras, maître du mas Nou, meurt. Le 23 mars 1652, Miquel Caner, membre du Mas Nou, meurt. Le 21 septembre 1661, Josep Pigem, du mas Nou, meurt. Le 2 décembre 1666, Anna Canera meurt dans le mas Nou. Le 30 janvier 1669, un garçon de Pere Riera meurt dans le mas Nou. Le 30 janvier 1669, un jeune garçon de Pere Riera i Caner meurt au mas Nou. Le 4 janvier 1675, un garçon de Toni Raler (ou Raller) meurt dans le mas Nou. Le 26 octobre 1719, Miquel Hostench, maître du mas Nou de l’Estany, meurt.


En 1672, le Mas Caner, ou Mas Nou de l’Estany, appartenait à Magdalena Pigem i Caner (et continuera à appartenir à la famille jusqu’en 1840)9 , un fils et une fille de Josep Pigem (mort le 21 septembre 1661) et d’Anna Caner. Magdalena a épousé Jerònim Casanovas à Parlavà le 18 juin 1674 et ils ont eu 12 enfants. En 1735, la « Closa dels Arbres », qui avait cinq pentes, faisait face au Mas Pou à midi, à l’Estany Marisc à la Tramuntana et au Mas Nou de l’Estany, de Casanovas de Parlavà, à l’ouest. Le Mas Caner (ou Mas Nou) est orienté à l’ouest avec l’Estany Marisc et la route de Sant Feliu de Boada, à l’est avec Mas Pou et Mas Vilarnau de la Penya (aujourd’hui Mas Barceló).

JOVER Y MASOVERS DEL MAS POZO

Anna Maria d’Almar, fille de Josep d’Almar i Tor et Jerònima Parri, a épousé Bassa de Calonge à Garau (Guerau), et ils ont eu une fille, Teresa Bassa d’Almar, qui a épousé Juan Carreras Martí à Begur le 26 janvier 1713. Sa fille Ursula (dans un document de 1840, le propriétaire de Mas Pou est confirmé) a épousé le militaire et notaire Pals Jerònim Prim, avec lequel elle a eu un fils, Joan, qui est né le 3 mai 1717. L’Ursule est restée en vie en 1760, et elle s’est mariée en secondes noces, à Barcelone, avec le Tinent d’Infanteria Antoni de Cabrera Ximenis. Fruit de ce second mariage, Ursula aura 9 enfants de plus. Une des filles, Maria Teresa de Cabrera, épousa Francisco Ponach le 21 mai 1782 ; une autre fille, Manuela de Cabrera, épousa Carles d’Ametller le 18 novembre 1800, et ils devinrent les partenaires d’Antoni d’Ametller et de Narcís d’Ametller, capitaine général de Grenade. Et l’un des fils, Antoni de Cabrera, épousa 3 vegades, le premier avec Victòria Grassot, un fils du notaire de Begur ; en second lieu, le 1er juillet 1782, avec Teresa Pagès (la vie d’Ignasi Ponach) ; et pour la troisième fois, le 5 septembre 1786, avec Josepa de Ciurana i Ros (membre du Cavaller de Pals Antoni de Ciurana i Moret et Margarita Ros i Comas del Brugar, membre de la famille Ros i Comas del Brugar).

LA GUERRA DEL FRANCÉS Y ANTONIO DE CABRERA

Pendant la guerre de France, Julià de Bolívar, brigadier dels Reials Exèrcits, Tinent del Rei, gouverneur de Gérone et président du Conseil des gouverneurs de Gérone et du Corregiment de Gérone, Le 26 décembre 1808, il ordonne la livraison d’un tiers des bijoux et objets d’argent de toutes les villes et particularités du Corregiment de Gérone et aussi de Figueres (y compris celle de Gérone), tant ecclésiastiques que séculiers et non nécessaires dans les églises, faute de câble, pour aider les troupes et acquérir des articles pour la défense. Ils l’ont également utilisée pour fabriquer une nouvelle pièce d’argent pour remplacer celle qui était en circulation à l’époque à la Regne. Il était en métal dur (une face et 17 côtés) avec l’inscription de Fernando Séptimo sur une face et sur l’autre face de Gérone en 1808. Un dur.


Antoni de Cabrera (fill d’Úrsula Carreras) a donné toute son argenterie, qui pesait 9 lliures castillanes. L’église de la Vila de Pals a également versé une contribution obligatoire : elle a donné une image de la Vierge du Rosaire, avec sa couronne, une autre image de l’enfant Jésus, avec un petit argent, deux pas (ornements religieux), deux chandeliers, une creu en 12 trosses et un petit reliquaire de 234 onces.

Antoni de Cabrera et Josepa de Ciurana sont le couple de Ramon de Cabrera et Ciurana, marié à Clara Vidal Bou, membre du notaire de La Bisbal. En 1861, les frères de Mas Vilarnau ont délimité les terres de Mas Pou, qui appartenaient alors à Ramon de Cabrera, nét d’Úrsula Carreras.

EL MOLINILLO O MOLINO DE EN LLOGANY

Le moulin de Llogany en 1672 appartenait à Mas Pou, et il a été confronté à la quintana10 de Mas Riu, qui a été démolie, par hasard. Dans des documents du XVIe siècle, il est indiqué que le moulin en Pou était la propriété de Pere Llogany de Plaça, surnom donné par le fait qu’il n’habitait pas la maison mais la place de la Vila. En 1830, Mas Pou a continué à être propriétaire du moulin, qui appartenait à différentes familles.
En février 1576, Pau Ralló meurt au moulin de Llogany. En août 1583, Madò Zarbana meurt, également au moulin de Llogany. Le 8 janvier 1604, Francesc Romaguera, qui vivait au moulin de Llogany, meurt. Le 21 novembre 1629, la dona de Bosc, qui vivait dans le moulin de la Llogany, meurt. Ce jour-là, le 11ème siècle du moulin était situé tout près de l’entrée du bâtiment.

Mas Llogany, ou Molinet, appartenait en 1911 à Josep Pericay Jofre, qui avait également acheté Mas Pou. Mas Llogany ou Molí d’en Llogany était le même moulin qui est aujourd’hui connu sous le nom de Molinet, et qui est situé entre Mas Pou, Mas Roig et Can Caramany. Dans les années 50 et 60, la famille Farró y a vécu, qui s’est agrandie, et dans les années 90, elle est devenue une famille qu’il a laissée derrière lui. Les habitants de Pals le connaissent maintenant sous le nom de Molinet, et c’est lui qui a fait don de son nom au quartier du même nom (quartier Molinet).

Le moulin de Llogany, ou Molinet, disposera d’un couffin12. À la fin des années 1960, il était situé sur le côté gauche du bâtiment. L’eau a été laissée dans la zone de Llevadora après être passée par le moulin de Galo (propriétaire du Mas de La Font), sous la route, et avoir arrosé le potager de Can Moninch. Après avoir laissé l’eau dans la zone de la ferme, qui suivait l’ancienne propriété du Mas Riu, en passant à quelques mètres du côté gauche du Mas Pou, jusqu’au ruisseau qui venait de Quermany.

REMARQUES: 1.- CE TRAVAIL QUE J’AI POUVÉ RÉALISER GRÂCE AU TRAVAIL QUE L’AMI ET L’ENSEIGNANT ANA MARIA CORREDOR Y PLAJA A FAIT DES ANNÉES. PENDANT DES ANNÉES, ELLE RECUEILLE DES INFORMATIONS SUR TOUTES LES FERIES ET TOPONYMES DE PALOS, ET AUSSI SUR DES CENTAINES D’ARBRES DE LA FAMILLE QUE J’AI FAIT DE TOUTES LES FAMILLES QUI ONT HABITÉ ET VILLAGE LA VILLA PENDANT LES 500 DERNIÈRES ANNÉES. 2.- Les Jover ETAIENT LES TRAVAILLEURS QUI TRAVAILLENT AVEC UN COUPLE D’ANCIAUX ANCIENS (UNIS), NORMALEMENT DES TAUREAUX OU DES MULES, MAIS S’ILS N’ONT PAS DE VACHES. 3.- DOCUMENT OU VOLUME CONTENANT LES DÉCLARATIONS DE MARCHANDISES FAITES PAR LE VASSALLO D’UN SEIGNEUR, AINSI QUE LES CHARGES QU’ILS PORTENT. 4.- OFFICIER ROYAL QUI A PRIS SOIN DE L’ADMINISTRATION DU PATRIMOINE ROYAL ET DE LA COLLECTE D’ARGENT EN RAISON DU ROI DES DROITS ROYAUX, confiscation, etc. 5. OFFICIER CHARGÉ DE PERCEVOIR LES DROITS ET TAXES IMPORTANTS. 6. TRAITEMENT QUI EST UTILISÉ AVANT LE NOM OU LE DERNIER NOM DE FEMMES MARIÉES OU DE VEUILLES ET DE POSITION ÉCONOMIQUE MODERNE, OU, QU’ILS NE SOIENT PAS MADONA NI AMOURS. 7. LA DOCUMENTATION APPARAÎT ÉGALEMENT UNE RÉFÉRENCE DANS LE PLUS BIEN AVEC LA DENOMINATION HUALGUER, QUE J’ASSUME PEUT ÊTRE UNE RÉFÉRENCE AU DERNIER NOM HUGUET transcrit avec des graphismes erronés. VRAIMENT LE PLUS POU AURAIT PU ÊTRE APPELÉ À TOUT MOMENT PLUS HUGUET. 8.- TRAITEMENT ÉQUIVALENT À MON SEÑOR, QUI A ÉTÉ DONNÉ AUX PERSONNES AVEC BEAUCOUP D’AUTORITÉ ET PRINCIPALEMENT AUX PERSONNES LETTRÉES. 9.- TOUT ET APPARTENANT À LA FAMILLE CANER, 1822 NARCÍS BOFILL, DESCENDANT D’UNE SAGA DE ZAPATERO DE PALOS, LOUERA POUR CINQ ANS LA PLUPART DE SON NEPHEW CEBRIÀ BOFILL, UNE VEUVE DE FRANCESCA OLLER. Déduire, DE LA DOCUMENTATION CONSULTÉE, QUE LES PROPRIÉTAIRES DEVRAIENT LOUER LE MAS À NARCÍS BOFILL ET CELA, À son tour, LE MAS DEVRAIT ÊTRE LOUÉ À SON NEPHEW. 10. SE RÉFÈRE À DIFFÉRENTS Quintana. UN CINQUIÈME OU UN quintal EST UN CHAMP OU UNE VERA GRASSE UNE DE PLUS OU UNE VILLE. 11.- ID. NOTE 10. 12. LE MOULIN DE LA PLUS LLOGANE DEVRAIT ATTENDRE QUE TOUS LES AUTRES MOULINS ONT FAIT LE MOULIN POUR QU’ILS SOIENT CAPABLES DE REMPLIR LE RAFT ET DE POUVOIR TRAVAILLER, ce qui limite considérablement LEUR TÂCHE.

Horario

Encàrrecs per telèfon 972.63.69.76.
De dilluns a diumenge
Recollida al restaurant

© Pahissa del Mas... mai 29, 2020 00:36

C/ BARRI MOLINET N.16 17256 - PALS COSTA BRAVA - CATALUNYA - TELF. (+34) 972.636976 - restaurant@pahissadelmas.com